Dental implants

L’implant dentaire est un dispositif destiné à créer au niveau de l’os maxillaire (mâchoire supérieure) ou de la mandibule (mâchoire inférieure), un ancrage stable, résistant, efficace , non iatrogène et durable sur lequel s’adapte une prothèse amovible ou fixe qui permettra de remplacer une dent déchaussée, une dent dévitalisée ou une dent cassée.

L’implant remplace la racine dentaire qui est tombée seule ou qui a été extraite dans le cadre d’une opération de chirurgie dentaire suite à une maladie (granulome, kyste apical, infection osseuse…) ou à un accident (fracture de la racine…).

Pour le patient, l’implant dentaire permet de retrouver une fonction de mastication classique, un confort satisfaisant de la dentition et une esthétique optimum de la bouche.

Les implants dentaires pour prothèses fixes ou amovibles

Les implants peuvent servir à stabiliser une prothèse dentaire amovible ou une prothèse dentaire fixe en fonction de la pathologie ou du traumatisme subi par le patient, du nombre de dents perdues et de la présence ou de l’absence de racines dentaires.

Pour assurer la stabilité d’une prothèse amovible dentaire complète, la pose de deux à quatre implants dans l’os de la mâchoire inférieure ou mandibule est nécessaire. Sur les implants dentaires sont ensuite vissés des boutons pression qui permettent d’assurer la rétention de la prothèse amovible inférieure.

Pour assurer la fixation d’une prothèse dentaire définitive, un implant ayant une forme cylindro-conique est inséré dans l’os de la mâchoire supérieure ou de mandibule voire dans la muqueuse lorsque la partie osseuse de la mâchoire n’est pas utilisable.

La composition et la structure de l’implant dentaire

Fabriqués le plus souvent en titane médical en raison de leur compatibilité avec le système osseux et les tissus du parodonte (biocompatibilité), les implants peuvent également être réalisés en zircone céramique ou en polymère thermoplastique semi-cristallin.  Egalement compatibles avec le système osseux et dotés d’une très forte résistance, ces matériaux n’offrent cependant pas le même retour clinique que le titane et leur utilisation est moins fréquente.

Les différents types d’implants dentaires

Le choix de l’implant dentaire à poser est fait en fonction de l’état de la mâchoire à implanter, de l’existence d’une éventuelle atrophie ou d’une perte osseuse, de l’espace disponible dans le maxillaire ou la mandibule et des caractéristiques du biotype gingival (fin ou épais) du patient.

Les implants courts ou ultra-courts

Les implants dentaires courts ou implants transmuqueux dont la longeur ne dépasse par 4 millimètres peuvent être utilisé en cas d’atrophie osseuse sévère de la mandibule comme alternative à une reconstruction osseuse. De forme cylindrique ces implants courts se caractérisent par une ostéo-intégration rapide et sont dotés d’un Tissue Creeping File@ qui favorise la formation d’un joint muqueux épais qui assurera la préservation du capital osseux résiduel.

Les implants infra-crestal ou supra-crestal

D’une longueur de 10 à 15 millimètres ces implants dentaires se caractérisent par leur forme de vis ou de cylindre afin de permettre leur insertion dans un logement adapté préalablement réalisé par forage du maxillaire ou de la mandibule. Tandis que l’implant infra-crestal favorise le sertissage osseux de l’implant et la formation d’un joint muqueux épais, l’implant supra-crestal facilite la visibilité et l’accessibilité pendant les phases de manipulation.

Les implants dentaires étroits

Destiné à la restauration des espaces réduits du secteur incisif, les implants étroits ont été conçu de façon à optimiser l’aménagement des tissus péri-implantaires malgré le faible espace disponible.